Insectes, crustacés, mollusques et autres invertébrés

vegan_invertebres_insectes_mollusques_dellerie

TEXTE COMPLET

Quel est le problème avec la consommation d’insectes, de crustacés, de mollusques et d’autres invertébrés ?

1 – Les animaux ne sont pas des marchandises

À ce titre, nous ne devons pas les considérer comme des ressources à notre disposition. Consommer des animaux dont on doute qu’ils puissent souffrir (et même si ces derniers ne pouvaient effectivement pas souffrir) est absolument délétère dans une société aussi spéciste que la nôtre : cela entretient l’idée qu’il est acceptable de manger des animaux, quels qu’ils soient, et conforte donc les gens dans leurs habitudes de consommation spécistes.

2 – Tous les animaux exploités sont dotés d’un système nerveux

Tous les représentants du règne animal (en dehors de quelques rarissimes exceptions, comme les éponges) sont dotés d’un système nerveux. Cela doit nous pousser à la prudence : chez les homards, les crabes, les crevettes et les autres crustacés, la capacité à ressentir la souffrance a longtemps été totalement niée et n’a été prouvée que très récemment. Il est donc impératif de respecter un principe de précaution en ce qui concerne les autres invertébrés ; insectes, arachnides, mollusques… La présence d’un système nerveux, central ou pas ; même rudimentaire, doit alerter.

3 – L’antispécisme n’est pas seulement une opposition à la souffrance

La souffrance n’est pas la seule chose à prendre en compte : le véganisme s’oppose tout autant à la négation des intérêts des animaux à la vie et à la liberté, qu’au fait de considérer les autres animaux comme étant des ressources, des biens dont nous pouvons disposer, ou des marchandises. Dans le cas contraire, tuer un animal d’un coup (sans exploitation et sans souffrance) pourrait être considéré comme éthique, alors que cela nuit évidemment à l’intérêt qu’il a à vivre.

4 – Manger des animaux est inutile à notre santé

Référez-vous à la position officielle de l’Association Américaine de Diététique (composée de 100 000 nutritionnistes et diététiciens) : “les alimentations végétariennes bien conçues (y compris végétaliennes) sont bonnes pour la santé, adéquates sur le plan nutritionnel et peuvent être bénéfiques pour la prévention et le traitement de certaines maladies. [Elles] sont appropriées à tous les âges de la vie, y compris pendant la grossesse, l’allaitement, la petite enfance, l’enfance et l’adolescence, ainsi que pour les sportifs.”

La vie des animaux, quels qu’ils soient, ne nous appartient pas. Nous devons refuser leur exploitation et leur mise à mort.

SOURCES ET INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES

– Position officielle de l’Association Américaine de Diététique (2016)