Corrida et courses de taureaux

vegan_corrida_dellerie

TEXTE COMPLET

Quel est le problème avec la corrida et autres courses de taureaux ?

1 – Une pratique éthiquement injustifiable

Les courses de taureaux ne sont pas une nécessité, mais un loisir, un sport. Séquestrer, élever, poursuivre, mutiler et/ou mettre à mort un être sentient pour son propre plaisir est indéfendable. Les notions de “tradition”, de “culture” ou de “patrimoine” sont irrecevables : l’appel à la tradition est un sophisme. Ce n’est pas parce qu’une pratique est ancienne qu’elle est juste, ou qu’elle doit perdurer.

2 – Non, ce n’est pas un “combat de boxe”

Certaines personnes défendent les courses de taureaux en affirmant qu’il s’agit du même principe qu’un combat de boxe, par exemple. Or, l’argument est inepte, car on ne peut pas mettre sur un pied d’égalité une pratique qui consiste à se battre avec un-e adversaire consentant-e ; et une pratique qui implique qu’on manipule votre génome, qu’on vous maintienne en captivité, qu’on vous vende / vous achète, puis qu’on vous place dans un lieu où vous n’avez jamais voulu aller pour que vous soyez combattu-e ou malmené-e contre votre gré.

3 – N’est-ce pas mieux que l’abattoir ?

Les personnes défendant la corrida exposent souvent un autre argument : il vaudrait mieux, pour un taureau, finir tué dans une arène après une vie de liberté dans de vastes pâturages, plutôt que de finir à l’abattoir après une vie pénible.

Ce genre de raisonnement, fallacieux, est appelé “faux dilemme”. Il fait mine d’ignorer qu’il existe une troisième solution : cesser de considérer les taureaux comme des objets de divertissement ou de la nourriture, puisque nous n’avons besoin ni de l’un ni de l’autre. C’est-à-dire les laisser vivre en paix. Et quoi qu’il en soit : est-il juste de faire souffrir et/ou de tuer un individu sous prétexte qu’il a eu une vie que l’on juge agréable ?

4 – Sans corrida et sans course de taureaux, l’espèce va s’éteindre, non ?

Les taureaux utilisés dans le cadre des courses ne constituent pas une espèce à part entière. Tout comme les chartreux, les bergers allemands et tous les autres animaux domestiques, les “taureaux de combat” et autres taureaux de Camargue sont des races, donc des animaux issus d’une sélection génétique artificielle menée par les êtres humains à des fins de divertissement et/ou de rentabilité.

Les races bovines utilisées pour ces activités sont toutes issues de Bos primigenius, l’aurochs, espèce qui s’est justement éteinte à cause des activités humaines (chasse, agriculture et épidémies issues de bovins domestiques). Quoi qu’il en soit, on ne peut pas justifier le maintien artificiel d’une population d’individus dans le seul but de les exploiter et/ou de les mettre à mort.

La vie des autres animaux ne nous appartient pas. Nous devons refuser leur exploitation et leur mise à mort.

Pour aller plus loin : article « La corrida mise à mort par l’esprit critique »