Ministère de l’Agriculture : des fake news en béton

image_veau_sobeval_abattoir_l214_f_dellerie

« Il nous faut des éléments de langage en béton pour ce soir ». Cette phrase, tirée d’un courriel issu du cabinet du ministère de l’Agriculture et arrivé par erreur dans la boîte mail de l’association de défense des animaux L214, fait désordre. Elle est révélatrice des mensonges formulés au sujet des non-conformités exposées par l’association à l’abattoir de Sobeval.

Le 20 février dernier, deux jours avant l’ouverture du Salon International de l’Agriculture, l’association L214 révélait des images tournées dans l’abattoir de Boulazac (société Sobeval), en Dordogne, dans lequel plus de 480 veaux sont abattus chaque jour en moyenne. Suite à cette enquête, L214 porte plainte auprès du procureur de la République de Périgueux pour « sévices graves » et demande la fermeture administrative d’urgence de l’abattoir. Sobeval réplique en portant plainte contre l’association pour diffamation publique, en usant des justifications habituelles dans ce genre de cas : « Veiller à la bonne application des lois, des réglementations et aux bonnes pratiques de nos employés en matière d’abattage d’animaux est notre priorité absolue ».

De son côté, la préfecture assure dans un communiqué « qu’au premier visionnage des vidéos de l’association, il n’y a pas de mise en évidence de non-conformité à la réglementation ». Une déclaration mise à mal par une fuite de courriels dévoilant une réalité en décalage total avec ces déclarations.

« Il nous faut des éléments de langage béton pour ce soir »

Dans un communiqué publié aujourd’hui par L214, l’association révèle des échanges de mails compromettants issus du ministère de l’Agriculture… arrivés par erreur dans la boîte de réception de l’association. On peut y découvrir des captures d’écran révélant que le 19 février, soit vingt-quatre heures avant la diffusion des images de l’abattoir par L214, le cabinet du ministère de l’Agriculture s’affaire à trouver des « éléments de langage béton » face aux images choquantes qui vont être révélées le lendemain par l’association. Cette phrase, écrite par une conseillère du cabinet du ministre de l’Agriculture, fait « désordre ».

l214_sobeval_abattoir_guillaume_1

On apprend aussi dans cette suite de courriels que des non-conformités (NC) « indéniables, voire majeures » ont été relevées ; des affirmations en contradiction avec les déclarations du ministre de l’agriculture Didier Guillaume, qui affirmait le 23 février au micro d’Europe 1 : « les premiers résultats [des contrôles] (…) montrent que le respect du bien-être animal est là ».

l214_sobeval_abattoir_guillaume_2

La suite des échanges montre qu’il est proposé que ces courriels sont transmis au lobby de la viande Interbev (Association nationale interprofessionnelle du bétail et des viandes) et FedeV (ex-FNICGV, Fédération Nationale de l’Industrie et du Commerce en Gros des Viandes). Cette perméabilité entre les services de l’État et les groupes de pression interroge plus que jamais, à l’heure où les associations de défense des intérêts des animaux et autres lanceur·ses d’alerte sont dans le viseur de la cellule Demeter, qui menace leur liberté d’informer le grand public.

l214_sobeval_abattoir_guillaume_3
Brigitte Gothière, cofondatrice et porte-parole de l’association, déclare : « nous sommes confrontés à un ministre qui dissimule le non-respect de la réglementation, qui n’ira jamais à l’encontre des lobbies de la viande, jamais dans le sens de l’intérêt général, qui ne défendra jamais les animaux ». Dans son communiqué, l’association demande la démission de Didier Guillaume.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s