Soja et santé humaine

TEXTE COMPLET

Consommation de soja et santé humaine : faisons le point

1 – Qu’est-ce que le soja ?

Le soja (Glycine max) est une plante de la famille des Fabaceae (légumineuses). Originaire d’Asie orientale, elle y est cultivée depuis plus de 6000 ans. En France, sa culture a démarré dans les années 80 et représente plus de 180 000 hectares (FranceAgriMer, 2021).

2 – Intérêt nutritionnel
Pauvre en graisses saturées, le soja est aussi riche en fibres et en protéines et contient l’ensemble des acides aminés essentiels dans des proportions idéales (Hughes et al., 2011). Sa composition nutritionnelle varie selon la forme sous laquelle il est consommé, mais il est globalement une bonne source de vitamines B, calcium, fer, magnésium, phosphore, potassium et zinc.

3 – Un aliment souvent associé aux alimentations végétales
Le soja est pratique car il se trouve sous de multiples formes : jus, crème, sauce, hachés, émincés, graines grillées, tofu, tempeh, saucisses, steaks… Il est donc souvent utilisé par les personnes qui ne consomment que peu ou pas de produits d’origine animale, notamment celles qui sont végétariennes ou végétaliennes. Ces dernières peuvent cependant, comme tout le monde, s’en passer totalement.

4 – Un aliment souvent associé à des rumeurs et fake news
Le soja est l’objet de critiques issues d’idées reçues tenaces qui concernent généralement la présence d’isoflavones, phytoestrogènes naturellement présents chez toutes les plantes mais en quantités élevées dans le soja, qui sont parfois accusés d’avoir des effets néfastes.

Or, les isoflavones ne sont pas des œstrogènes et les données issues des études scientifiques menées chez l’humain confirment l’innocuité du soja à tous les stades de la vie : petite enfance (notamment via les préparations infantiles végétales), enfance, adolescence et âge adulte ; quel que soit le contexte (grossesse, allaitement, cancer, ménopause, etc.).

Contrairement aux idées reçues, le soja n’a notamment aucun impact négatif connu sur le taux d’hormones ou la fertilité chez l’humain, quel que soit son sexe (Messina, 2021, Hamilton-Reeves, 2010).

La littérature scientifique internationale montre par ailleurs que sa consommation présente plutôt des bénéfices pour la santé humaine.

Le soja n’est pas un aliment miracle. Mais il peut faire partie, sans aucun problème, d’une alimentation saine.


SOURCES & INFOS COMPLÉMENTAIRES

– Soja, page Wikipédia

– Le soja est cultivé depuis 6000 à 9000 ans : Eric J. Sedivy, Faqiang Wu, Yoshie Hanzawa, Soybean domestication: the origin, genetic architecture and molecular bases, New Phytologist, 2017 Jan, https://doi.org/10.1111/nph.14418.

– FranceAgriMer, Bilan oléoprotéagineux France 2021 (Bilan soja p.5)

– Composition nutritionnelle du soja : Tofu https://ciqual.anses.fr/#/aliments/20904/tofu-nature-preemballe ; Graine entière https://ciqual.anses.fr/#/aliments/20901/soja-graine-entiere

– Position de l’ONAV sur la consommation de soja au regard de la santé humaine. Disponible sous forme de synthèse (1 page), résumée (21 pages), ou complète (87 pages).

– Protéines du soja : Hughes GJ, Ryan DJ, Mukherjea R, Schasteen CS. Protein digestibility-corrected amino acid scores (PDCAAS) for soy protein isolates and concentrate: criteria for evaluation. J Agric Food Chem. 2011 Dec 14;59(23):12707-12. doi: 10.1021/jf203220v. Epub 2011 Nov 16. PMID: 22017752.

– Absence d’impact sur le taux d’hormones ou la fertilité : Messina M & al. Neither soyfoods nor isoflavones warrant classification as endocrine disruptors: a technical review of the observational and clinical data. Crit Rev Food Sci Nutr. 2021 Mar 27:1-57. doi: 10.1080/10408398.2021.1895054. Epub ahead of print. PMID: 33775173.

– Absence d’impact sur le taux d’hormones ou la fertilité : Hamilton-Reeves JM & al. Clinical studies show no effects of soy protein or isoflavones on reproductive hormones in men: results of a meta-analysis. Fertil Steril. 2010 Aug;94(3):997-1007. doi: 10.1016/j.fertnstert.2009.04.038. Epub 2009 Jun 12. PMID: 19524224.