Prendre de la B12 discrédite le véganisme car ce n’est pas « naturel » ?

vegan_b12_naturel_dellerie

TEXTE COMPLET

Peut-on dire que prendre de la B12 discrédite le véganisme car ce n’est pas « naturel » ?

La B12 est produite à partir de cultures de bactéries, puis on lui donne la forme de comprimés ou d’ampoules, puis elle est conditionnée en pots, puis transportée jusqu’aux lieux de distribution, puis commercialisée, puis les véganes la consomment.

Est-ce moins naturel que de sélectionner génétiquement des vaches, génération après génération, puis de les vendre / les acheter, puis de les séquestrer dans des bâtiments, puis d’inséminer de force les femelles pour avoir des veaux, pour prendre le lait de ces veaux à leur place, puis d’envoyer les veaux à l’abattoir (et les vaches un peu plus tard), puis de conditionner ce lait dans des bouteilles, puis de le transporter jusqu’aux lieux de distribution, puis de le commercialiser, puis de le mettre dans un réfrigérateur pour le boire ?

Est-ce moins naturel que de sélectionner génétiquement des vaches, cochons, lapins et autres animaux, génération après génération, puis de les vendre / les acheter, puis de les séquestrer, puis de les transporter jusqu’à un abattoir, puis de les égorger, puis d’en séparer la chair du reste, puis de conditionner cette chair, puis de la commercialiser, puis de la mettre dans son réfrigérateur pour la manger ?

Est-ce moins naturel que de sélectionner génétiquement des poules, génération après génération, puis de les vendre / les acheter, puis de les séquestrer dans des bâtiments, puis de broyer les poussins mâles, puis de ramasser les œufs de ces poules, puis de transporter ces œufs jusqu’aux lieux de distribution, puis d’envoyer ces poules à l’abattoir, puis de les égorger, puis de séparer leur chair du reste, puis de commercialiser les œufs et la chair, puis de mettre ces œufs et cette chair dans son réfrigérateur pour les consommer ?

Enfin, est-ce moins naturel que de sélectionner depuis des millénaires des variétés de fruits et de légumes pour qu’elles soient comestibles et/ou en améliorer leur goût, augmenter leur taille, leur aspect et leur rendement ; puis de cultiver ces légumes, puis de les calibrer, puis de les transporter jusqu’aux lieux de distribution, puis de les commercialiser, puis de mettre ces fruits et ces légumes dans son réfrigérateur pour les consommer ?

Ce n’est pas parce qu’une chose est jugée « naturelle » qu’elle est bonne. La science a apporté des solutions pour préserver la santé humaine tout en évitant de nuire à autrui. Profitons-en !