Equitation

vegan_equitation_chevaux_dellerie
Fiche info : Quel est le problème avec l’équitation ? – Florence Dellerie

TEXTE INTÉGRAL

Quel est le problème avec l’équitation ?

1 – Les animaux ne sont pas des marchandises

À ce titre, nous ne devons pas les considérer comme étant à notre disposition. Utiliser les animaux, pour les loisirs ou pour le sport, même si l’on pense qu’ils sont “bien traités”, perpétue l’idée qu’il est moralement acceptable de le faire.

2 – Une vie d’exploitation et de souffrance

Les chevaux n’ont aucun besoin d’être montés. Cette pratique ne bénéficie donc qu’aux êtres humains. La vie des chevaux domestiques est faite de captivité, de contraintes, de souffrances et de frustrations. Le cheval est un animal grégaire. Il a besoin de beaucoup d’espace, de vivre au sein d’un groupe hiérarchisé, de manger quasiment continuellement, etc. Ces comportements naturels ne peuvent pas être satisfaits par les pratiques équestres, qui impliquent le plus souvent une vie solitaire, ou au sein d’un groupe non choisi, sans possibilité de brouter toute la journée. L’équitation implique également un débourrage éprouvant et contraignant, provoque des déformations osseuses, des douleurs articulaires, du stress, ainsi que des traumatismes provoqués par le harnachement (selle, mors…), les réceptions en saut d’obstacle, les attelages, les allures forcées, figures imposées, etc.

3 – Les “méthodes douces” sont un leurre

Ces méthodes (“équitation éthologique”, “chuchoteurs”, “nouveaux maîtres”…) ne servent elles aussi qu’à conditionner le cheval pour qu’il accomplisse les tâches qu’on attend de lui. Elles ne sont donc pas plus éthiques que les méthodes traditionnelles, puisqu’elles visent le même objectif : utiliser un être sentient pour le plaisir et la satisfaction des êtres humains.

4 – On peut vivre en compagnie d‘un cheval sans lui monter sur le dos

Les chevaux ont besoin d’exercice, et se prêtent volontiers à certains jeux, tout comme les chiens. Mais il est admis qu’il n’est pas nécessaire de monter sur un chien pour lui faire faire de l’exercice. Vous pouvez donc laisser galoper un cheval à son gré, vous promener à ses côtés, jouer avec lui quand il en a envie, etc.

5 – Ne puis-je pas adopter un cheval et vivre avec lui ?

Bien sûr que si. À condition :
– Que vous ne l’ayez pas acheté (on ne fait pas commerce des êtres sentients) ;
– Qu’il ne soit pas utilisé de quelque manière que ce soit, pour être monté, dressé, accomplir des tâches que nous leur imposons ou obéir aux ordres que nous leur donnons ;
– Qu’il bénéficie d’un maximum d’espace pour vivre, de compagnie pour éviter l’ennui, d’un abri, et de tous les soins qui s’imposent.