Cuir et fourrure

Fiche info : Quel est le problème avec le cuir et la fourrure ? - Florence Dellerie
Fiche info : Quel est le problème avec le cuir et la fourrure ? – Florence Dellerie

TEXTE COMPLET

Quel est le problème avec le cuir et la fourrure ?

1 – Les animaux ne sont pas des marchandises
Nous ne devons donc pas les considérer, ou considérer leur
peau, leur chair ou autre, comme des ressources à notre disposition. Consommer des produits d’origine animale, quels qu’ils soient et d’où qu’ils proviennent, perpétue l’idée qu’il est éthique de le faire.

2 – L’aspect environnemental est un leurre

On entend parfois dire que le cuir et la fourrure sont des
“matériaux naturels”, puisqu’il s’agit de la peau d’animaux.
Cette affirmation est souvent utilisée pour leur donner une image
positive, en opposition avec les matières synthétiques désignées comme étant “polluantes”
ou “artificielles”. Mais cet argument est fallacieux, pour deux raisons :

– “Naturel” n’est pas synonyme d’“éthique” ou de “bon”.

Tuer ou avoir des rapports sexuels forcés, par exemple, sont des comportements naturels. Cela ne signifie pas que reproduire ces comportements, en tant qu’être humain, soit éthique ou juste. Les amanites phalloïdes sont également tout à fait naturelles. Mais si vous n’êtes pas une limace, il est fortement déconseillé d’en faire votre dîner.

– Le cuir et la fourrure ne sont pas des “matériaux naturels”.

Ils sont issus soit d’animaux sauvages, soit d’animaux vivant en élevage. Dans le deuxième cas, les animaux sont reproduits volontairement, maintenus en captivité puis abattus ; cela n’a donc évidemment rien de naturel.
Et dans tous les cas, la peau doit être traitée par de nombreux procédés (polluants) pour être utilisée et éviter la putréfaction : déshydratation par salage, séchage ou congélation ; bain antiseptique ; utilisation de divers composés chimiques pour le tannage (solvants, mercure, formaldéhyde, polyphosphates, sels de chrome…) ; essorage, teinture, graissage à l’huile de poisson, finitions… La longue liste des manipulations nécessaires à l’obtention d’une peau ou d’une fourrure utilisable montre que ces “matériaux” ne peuvent pas être qualifiés de naturels ou d’écologiques.

3 – Le cuir n’est pas plus éthique que la fourrure

La fourrure a une connotation plus négative que le cuir. Pourtant, porter l’un ou l’autre de ces “matériaux” est parfaitement inutile et représente donc une exploitation injuste des animaux. Manger ces derniers étant tout aussi inutile, il n’est pas plus acceptable de porter du cuir sous prétexte qu’il est issu d’animaux abattus également pour la consommation de leur chair.