L’huile de palme, un produit végane ?

vegan_huile-de-palme_dellerie

TEXTE COMPLET

Peut-on dire que l’huile de palme est un produit végane ?

1 – Définition du véganisme

Le véganisme est le refus de consommer des animaux ou le produit de leur exploitation, qu’il s’agisse de biens (alimentation, vêtements, produits d’entretien testés…) ou de services (zoos, cirques avec animaux, corridas, équitation, etc.).

2 – Remise en contexte

On entend parfois dire que la consommation d’huile de palme ne serait pas en accord avec les principes du véganisme, pour plusieurs raisons : elle provoquerait une déforestation intense nuisant à de nombreuses populations animales ; impliquerait la mort de beaucoup d’orangs-outans ; ou serait mauvaise pour la santé humaine.

3 – Ces arguments ne sont pas pertinents

Or, l’huile de palme est extraite de la pulpe des fruits du palmier à huile (Elaeis guineensis, une plante originaire d’Afrique tropicale principalement cultivée en Indonésie et en Malaisie). C’est un produit strictement végétal, qui n’implique aucune forme d’exploitation animale pour sa culture ou sa récolte, et qui n’est pas testé sur les animaux.

Par ailleurs, la déforestation provoquée par la culture du palmier à huile est inférieure ou comparable à celle qui est induite par d’autres activités : fabrication de pâte à papier, culture du soja pour l’alimentation des animaux d’élevage, industrie minière, urbanisation, etc. Pourtant, personne ne remet en question le fait que le papier, par exemple, soit végane. Il faut aussi noter que la culture d’huile de palme offre un rendement à l’hectare bien supérieur à celui de l’huile de soja ou de colza, par exemple. Et donc, une déforestation moindre.

Ensuite, toute culture (blé, maïs, tournesol, soja, colza…) implique la mort d’animaux, souvent moins médiatisés que les orangs-outans. Arthropodes, petits reptiles, amphibiens ou petits rongeurs tels que les campagnols – entre autres – meurent ainsi par millions, partout dans le monde, à cause notamment du labour, de l’usage de produits phytosanitaires, des moissonneuses-batteuses ou d’autres engins agricoles, dans l’indifférence générale.

Enfin, la question de la santé humaine n’ayant pas de rapport avec le véganisme, elle n’est pas pertinente ici.

Tout comme la consommation d’huile d’olive, de noix ou de tournesol, la consommation d’huile de palme est donc compatible avec les principes du véganisme.

Les mots ont un sens. Évitons de semer et d’entretenir la confusion en mélangeant les concepts.

SOURCES ET INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES

► Informations générales sur le Palmier à huile : https://fr.wikipedia.org/wiki/Palmier_à_huile

► D’autres activités induisent une déforestation plus importante que la culture d’huile de palme : https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1111/conl.12103.

► En Europe, l’huile de palme est davantage consommée pour le biodiesel que pour l’alimentation humaine et animale (Transport and Environment, 2015)https://www.transportenvironment.org/sites/te/files/publications/2016_11_Briefing_Palm_oil_use_continues_to_grow.pdf (d’après les données de https://www.oilworld.biz/).

► Le rendement à l’hectare des palmiers à huile est meilleur que celui d’autres huiles (les alternatives à l’huile de palme peuvent être plus problématiques d’un point de vue environnemental) : https://www.theguardian.com/sustainable-business/2015/feb/26/why-rush-to-source-alternatives-to-palm-oil-is-problematic et https://www.oxfammagasinsdumonde.be/blog/2010/06/24/huile-de-palme-et-modele-de-developpement-agricole/#.W5mu3s4zYuU (CIRAD, 2005).

► Les orangs-outans sont avant tout tués… Par la chasse : https://theconversation.com/chasse-trafic-huile-de-palme-qui-tue-vraiment-les-orangs-outans-92217.