Véganisme, « régimes sans » et dérives sectaires

Lorsqu'on refuse le statut de propriété imposé aux animaux -statut qui les expose aux traitements les plus éprouvants- il est cohérent de ne pas consommer ces derniers ou le fruit de leur exploitation. L'engagement animaliste va donc de pair avec le véganisme. Cela peut toutefois faire peur : "régime sans", "effet de mode", dérive "religieuse" … Lire la suite Véganisme, « régimes sans » et dérives sectaires

« Les êtres humains sont carnivores, alors je mange de la viande »

Certaines personnes affirment qu'il faudrait consommer des produits d'origine animale parce que les êtres humains seraient "naturellement carnivores (ou omnivores)". Selon le même procédé, d'autres prétendent qu'il faudrait cesser de consommer ces mêmes produits parce que les êtres humains seraient "naturellement végétariens (ou végétaliens)". Rapide mise au point. Pour analyser la question n s'appuyant sur … Lire la suite « Les êtres humains sont carnivores, alors je mange de la viande »

Véganisme, végétalisme : ce que dit la science

Le véganisme est parfois décrit comme une mode, un régime alimentaire dangereux, une religion ou une lubie. Ces qualificatifs cachent les bases d'un mouvement reposant pourtant sur un principe moral que personne ne prétend refuser : ne pas nuire à autrui en l'absence de nécessité. D'un point de vue nutritionnel, que dit la science de … Lire la suite Véganisme, végétalisme : ce que dit la science